Et vogue la galère.

Publié le par le blog de serge.over-blog.com

Que peut faire Israël devant la multiplication des flottilles affrétées pour forcer le blocus de Gaza ?   La solution, un arsenal juridique complet contre les complices des terroristes quelque soit leur niveau d'intervention, que cela soit sur le plan financier (amendes), matériel (confiscation des moyens) ou humains (peine d'emprisonnement ferme). 

 

 

 

Dès la prise du pouvoir du Hamas dans la bande de Gaza le pire était à craindre pour Israël, et le pire arriva, l’obscurantisme, le fanatisme et la violence furent la récompense du retrait unilatéral et sans contrepartie d’Israël de la bande de Gaza.

 

Après une guerre civile sanglante, qui fit plus de morts que l’opération d’autodéfense « Plomb Durci » mené par l’armée israélienne en janvier 2009, le Hamas chassa l’Autorité Palestinienne non seulement du pouvoir mais aussi de toutes les structures de la société palestinienne.

 

Sans contre-pouvoir réel, les sbires du Hamas mirent peu de temps à agresser militairement le territoire israélien internationalement reconnu, et comble de l’infamie, organisa le kidnapping du soldat Shalit sur le sol d’Israël.

 

L’opération plomb durci permis d’affaiblir de manière conséquente tant sur le plan militaire qu’économique les « psychopathes d’Allah » et connu son développement logique par la mise en place d’un blocus terrestre, maritime et aérien.

 

Ce blocus consiste à stopper l’approvisionnement en arme et matériau sensible la direction du Hamas qui y consacre l’essentiel de son budget malgré une misère permanente, et voulue, de la population gazaouite.

 

Loin des fantasmes de la propagande complaisamment relayés par les traditionnels antisémites, gauchistes attardés, islamistes sanguinaires, extrême droite traditionnelle, écologistes pitoyables, et par tous les organes de presse en mal d’audience et de démagogie, Gaza n’a jamais été privé de produits de première nécessité, seul les matériaux de construction, qui servent en réalité à renforcer bunker de la nomenklatura verte ou les tunnels de contrebande, les produits chimiques et engrais, pouvant entrer dans la composition de bombes « artisanales » à l’efficacité redoutable et meurtrière.

 

Autre catégorie de produits dont l’interdiction à tant ému les chantres hexagonaux de la justice sociale : le caviar et le champagne ainsi qu’un certain nombre de produits de luxe, juste retour des choses puisque ceux-ci trustés par les nantis barbus étaient de toutes façons hors de portée du peuple, qui aux yeux de ceux-ci est tout juste bon à servir de bouclier humain.

 

Amusant d’imaginer Besancenot, Mélenchon, Bové, Mamère et Aubry défilant côte à côte pour demander aux israéliens la libre circulation du caviar et de berline de luxe pour Gaza, puisqu’ils ne peuvent décemment pas demander la libre circulation des armes et des explosifs on se demande quelle peut être leur motivation profonde…

 

Loin des fantasmes de la propagande, donc, les chiffres fournis par le Hamas lui-même et validés par l’Onu, ni l’un ni l’autre ne pouvant être soupçonné de philo sionisme, concernant les chiffres de la croissance économique dans la bande de Gaza qui atteint pour 2010 plus de 16% !!!!

 

Loin des fantasmes de la propagande, de nombreuses et luxueuses constructions ont vu le jour à Gaza durant cette « terrible » période de blocus, et cela malgré les photos truquées de photographes en mal de notoriété et reportage pleurnichard de journalistes tenus par le message officiel.

 

On entend de toutes parts un vacarme assourdissant de la part de la propagande palestinienne sur l’aspect « assassin » du blocus, au-delà du fait qu’il n’existe pas de catastrophe humanitaire à Gaza comme en font foi les très nombreuses images et témoignages objectifs, le blocus israélien de la bande de Gaza résulte d’impératifs graves aux conséquences vitales.

 

Israël a été la cible d’un déluge de roquette, qui artisanale ou non, ont été sciemment envoyées sur des zones civiles dans le but de tuer et de générer la terreur.

 

De nombreux opposants antisémites (appelons un chat un chat), ont tenté de minimiser cet acte de guerre criminel en mettant en avant l’aspect « artisanale » des roquettes, rappelons que les bombes qui durant les années 90 ont causé des centaines de morts civiles israéliennes dans les bus, les centres commerciaux ou les noces étaient elle aussi, artisanales…

 

Plus tard les mêmes minimiserons les meurtres abjects en accolant le terme « colon » a des victimes égorgées de 3 mois !!!

 

Le blocus est un acte de guerre qui répond donc à un autre acte de guerre, le lancer de roquette ayant lui été possible que par un acte fort de paix, qui se révèle aujourd’hui une erreur historique, le retrait israélien de la bande de Gaza.

 

Même si pour les toujours hystériques antisémites cela semble difficile à concevoir, le droit à l’auto défense d’Israël n’est pas moins constitué que pour un autre état.

 

D’autant plus que les palestiniens ont très vite saisi le prétexte du blocus pour ce livrer avec abondance au sport national, la corruption et la prévarication, il faut avouer qu’en ce domaine ils atteignent des sommets, les instruments utilisés en l’espèce sont le tunnels de contrebande reliant Gaza à l’Egypte.

 

Des dizaines de tunnel font la fortune « d’hommes d’affaires » versions locales, contribuant largement à la fortune du mouvement islamiste qui on se le rappelle avec délectation a fait sa campagne sur des arguments de moralité et d’incorruptibilité !!!

 

Toutes les marchandises transitent par ces fameux tunnels y compris celles qui ne sont pas ou plus interdites, Israël allégeant sans cesse le blocus, car les oligarques du Hamas n’ont à ce jour pas encore trouvé les moyens de remplir leurs comptes zurichois quand les mêmes marchandises passaient par les terminaux de transit israélien, seul chemin protégeant réellement le consommateur palestinien. Cruelle vérité pour les agités pro palestinien hexagonaux.

 

Afin d’illustrer, s’il en était besoin, le bien fondé du blocus, un groupe de fanatique musulman turc entrepris de forcer celui-ci, devant les caméras du monde entier dociles et serviles comme il se doit, une flottille fut donc constituée, composée de rafiots craquant bondés de militant de tout le spectre de la galaxie hystéro-antisémite, poussant le souci du détail jusqu'à embarquer les incontournables « juifs de gauche » développant la conviction qu’avoir tort avec une multitude de cons était plus confortable que d’avoir raison avec une minorité.

 

Devant le refus d’obtempérer aux injonctions de la marine de guerre israélienne, le navire amiral de cette flotte fut donc aborder par des commandos de marines qui furent reçus a coup d’armes blanches, heureusement qu’il s’agissait de militant de la paix, et durent dans une situation de légitime défense faire usage de leurs armes et éliminer neuf des plus agressifs activistes, au passage des commandos de marine israéliens furent grièvement blessés.

 

La présentation des faits dans les médias occidentaux fut absolument scandaleuse, totalement corrompus par la propagande malsaine palestinienne, mus par des préjugés antisémites trouvant dans l’antisionisme un confortable support non pénalisé à leur haine.

 

Le navire fut arraisonné puis amené dans un port israélien, les activistes furent traités avec égard, trop, et relâchés au bout de quelques heures, cette énième gesticulation mis l’éclairage sur la faible défense que présente l’arsenal juridique israélien à ce type d’action.

 

Il est évident que le peu de réaction que l’état d’Israël opposa à cette action encourage la multiplication de ce genre de procédé comme nous le constatons aujourd’hui avec 2 flottilles de plus en plus organisées, de plus en plus médiatisées.

 

Deux incidents démontrent la nécessité absolue du blocus et font regretter même son manque d’efficacité, l’arraisonnement d’un cargo géré par une importante compagnie française, rempli d’arme de guerre dont la destination était Gaza, puis quelques jours plus tard la saisie à bord d’un avion d’une autre cargaison d’arme à destination du Hamas, ce réarmement de cette milice fanatisée, est porteur d’un danger mortel non seulement pour Israël mais aussi et surtout pour les palestiniens pris en otage par ces djihadistes se camouflant sous la cause nationaliste palestinienne.

 

Israël doit mettre en place un arsenal juridique dissuasif permettant de mettre fin à cette pratique qui n’est ni plus ni moins qu’un acte de guerre camouflé en opération prétendument humanitaire.

 

Ces mesures peuvent s’envisager sur trois axes :

 

-          L’action contre les armateurs

o    les armateurs qui mettent à disposition, en affrétant les bâtiments, ceux-ci doivent pouvoir être impliqué pénalement pour leur participation à une entreprise criminelle, cette implication doit pouvoir être l’objet de circonstances aggravantes si l’on retrouve à bord des navires arraisonnées des armes de guerre.

o   Au-delà des très fortes amendes qui doivent être prononcées, Israël doit pouvoir délivrer des mandats d’arrêt internationaux afin d’appréhender les personnes soupçonnées.

o   Ces mesures sont de nature à compliqué considérablement la tâche d’affrètement de navires par les activistes pro fanatique du Hamas, en limitant grâce au mandat d’arrêt international la liberté de mouvement de ces armateurs.

 

-          L’action contre les biens

o   Les navires arraisonnés doivent dans un premier temps être immobilisé durant le laps de temps de l’enquête.

o   Tout navire ayant participé à une action de forçage du blocus doit être systématiquement confisqué et vendu au profit de l’état d’Israël.

o   Les propriétaires du navire doivent être mis en cause dans le cadre d’une affaire pénale pour « fourniture des moyens » dans la complicité d’un acte de guerre (le blocus étant un acte de guerre le fait de le forcer en est un automatiquement), des mandats d’arrêts internationaux doivent être délivrés contre ces personnes ou qu’elles se trouvent.

 

-          L’action contre les personnes

o   Toutes personnes se trouvant impliquée dans une action contre le forçage du blocus, doit être considérée comme un prisonnier de guerre et jugé comme tel par un tribunal militaire.

o   De plus d’importante caution doivent être demandée contre une hypothétique remise en liberté.

 

En plus de décapiter durablement les actions marketing d’ailleurs laborieuse, ces mesures auraient l’avantage d’alourdir considérablement la facture de ces opérations, mettre en cause nommément les principaux responsables et limiter leur liberté de mouvement, mettre hors d’état de nuire durant un laps de temps d’internement les meneurs de ces flottilles, enfin et surtout fournir un cadre juridique incontestable permettant de mettre les promoteurs de ces actions face à leurs responsabilités.

Publié dans Sionisme

Commenter cet article

lady gaga 27/03/2011 15:48


Merci Monsieur Salfati d'expliquer tous ces stratagèmes, mais je ne comprends pas une chose: pourquoi ces jordaniens ne retournent-ils pas dans leur pays? pourquoi préfèrent-ils piquer le pays des
juifs ? Y a-t-il un rapport avec le fait que les anglais ont donné leur pays à un prince arabe ? Eclairez nous de vos lumières! Votre amie reconnaissante, lady gaga.