Boycottons Israël

Publié le par le blog de serge.over-blog.com

 

Le Japon est en déroute, bien sur le peuple nippon saura faire face à la plus grande catastrophe naturelle de son histoire moderne, 25.000 morts ou disparus, des villes entières rayées de la carte, des milliards de dollars de dégâts matériels et des dizaines de milliers de sans-abri…

 

Triste bilan que celui de ce séisme dévastateur suivi d’un tsunami qui ne le fut pas moins, images de guerre que de voir ces paysages lunaires, traumatisant et choquant de voir les pleurs de ces mères qui cherchent dans le chaos le résultat de la fureur des éléments, leurs bébés,  leurs enfants,  leurs parents.

 

Que dire aussi du danger nucléaire, dont les conséquences dépasseraient de loin celles qu’on pourrait attribué à tel ou tel conflit, telle ou telle crise, accident nucléaire qui pourrait nous amener à reconsidérer entièrement nos modes de productions d’énergie et de concevoir une autre façon de vivre le futur, il nous pousse à craindre une pollution radiologique planétaire avec contamination de la faune et de la flore, incluant les cultures maraichères et l’élevage.

 

Le monde arabe est secoué par des soubresauts politiques que certains voudraient voire comme des guerres de libération nationale engendrées par la demande démocratique des peuples trop longtemps opprimés.

 

Le joug des tyrans, potentats et satrapes divers, qui meublaient de manière immuable le paysage politique arabe semble révolu, les confusions de patrimoine aussi et déjà les dizaines de milliards d’euros reviennent à leurs propriétaires originels, le peuple, mêmes si au passage l’occident n’oublie pas d’y prendre sa commission.

 

Des morts, des blessés, des martyrs, selon la terminologie indigène, en grand nombre, des centaines de morts en Egypte et en Tunisie, des centaines de morts en Syrie et au Yémen, une dizaine de milliers de morts en Lybie, un bilan humain catastrophique justifié par cette quête de l’émancipation, qui finit souvent par le remplacement d’un consul par un autre consul, tout aussi corrompu, tout aussi compromis… quand ce ne sera pas par une oligarchie barbue et fanatisée élevant la loi du talion en mode de gouvernance.

 

Le monde moderne reste à souffrir encore de dizaine de conflits oubliés, partout sur le globe, éparpillés, dispersés, les victimes qu’ils font sont innombrables et les conséquences humaines et économiques dramatiques, malheureusement pour ceux qui en souffrent les enjeux politiques faibles qu’ils représentent ne leur donne ni l’audience ni l’intérêt auprès du public et des influents.

 

Et puis il y a le terrorisme ou nul n’est à l’abri, de la babouchka russe au lord anglais, du golden boy new yorkais à l’afficionado madrilène, du fellah bagdadi comme au berger afghan, du citoyen israélien au  juif ou qu’il se trouve, cible légitime de tarés endoctrinés autant qu’enturbannés…

 

Il y a aussi la guerre, la sale guerre, une guerre civile qui ne fait que s’aggraver au sein de toutes les sociétés occidentales, la guerre contre l’injustice, l’inégalité, l’apartheid économique et social qui sévit, ou les réponses oscillent entre un angélisme béat, un assistanat coupable et une indifférence perverse, cette guerre aussi fait des morts, plus que toutes les autres réunies, des morts dont on ne parle qu’au détours d’un concert caritatif et qu’on camoufle aux informations télévisées derrière une opulence de façade et des causes de pacotille.

 

Des causes de pacotille…

 

Un vieillard sénile et Alzheimer au point d’en oublier sa propre vie, à moins qu’il ne soit schizophrène, à moins qu’il ne soit mythomane, à moins qu’il ne soit malhonnête…s’en fait le chantre.

 

Ces causes, cette cause puisqu’il n’y en a qu’une, de pacotille dérive d’un fantasme politique, d’un songe des frères Grimm a moins que ce ne soit inspiré des Greemlins, tellement elle semble dérisoire et pour tout dire ridicule, on la nomme pompeusement « Palestine ».

 

Montesquieu à son époque s’interrogeait déjà sur la nature des persans, à travers ses lettres décrivant les drôles de mœurs de ces étranges messieurs, il ne serait en rien dépayser par l’islam, que ces persans modernes semblent vouloir incarner, que certains prêchent aujourd’hui et qui est celui qui avait cours au 17ème siècle… en pire

 

« Comment peut-on être Persan ? », s’interrogeait ‘il, « Comment peut-on être palestinien » pourrait on se demander, issu de nulle part, descendant de personne, se multipliant à l’infini en dépit du bon sens, « le peuple palestinien » est victime désignée d’une injustice sans égale.

 

Fi des tsunamis, des catastrophes nucléaires, des guerres, des révolutions, de la misère, de la faim, des maladies, du terrorisme, de la dette publique, de malaise social, du trou de la sécurité sociale et même des défaites du PSG, il ne subsiste aux yeux d’une poignée d’hystérique que la « cause palestinienne ».

 

Aucun de la trentaine de décérébrés venus perturber le salon du tourisme pour cause de stand israélien n’a manifester ou n’a envoyer un centime pour soutenir qui que cela soit cette année, mais tous ces abrutis, entre la haine de l’autre et l’angoisse d’eux même, se sont retrouvés, mobilisés un dimanche après-midi pour stigmatiser Israël, et à travers ce pays, et bien qu’ils s’en défendent (mollement pour certains et pour combien de temps),  le peuple juif dans son ensemble.

 

Voilà 60 ans que sur ordre de ses leaders la population arabe, environ 400.000 personnes quittèrent un territoire, qui en grande partie avait fait l’objet d’un partage légitimé à l’ONU par la communauté internationale, n’assumant pas leur responsabilité dans le drame en cours ces mêmes leaders ont poussé cette population à la violence, élevés dans la haine ses enfants, conditionnés ses élites, ils n’étaient alors qu’Egyptien ou Jordanien et personne ne prononçait le mot de « Palestine » depuis le départ des anglais, puissance mandataire.

 

En 1964 les gouvernements arabes instrumentalisaient l’intelligentsia de cette population afin de créer un jouet à leurs disposition plus au service de leur propre cause qu’à celui d’un combat qu’ils savaient faux.

 

La fulgurante victoire des armées juives sur les armées arabes en 1967 permit à Israël de desserrer l’étau et de retrouver la dernière partie de son territoire historique, depuis une dernière tentative militaire d’annihiler Israël échoua en 1973 malgré l’infamie d’une attaque le jour du Kippour et la stratégie arabe changea.

 

 La bataille se porta sur le terrain médiatique, le terrorisme des années 70, les intifadas mouvement populaire « spontané » longuement planifiés et organisés bien à l’avance, les attentats aveugles sur la population civile juive en Israël comme à l’étranger, furent autant de marqueur de promotion d’une cause qui n’existe pas d’un peuple qui n’a jamais existé.

 

Rien ne semble aujourd’hui pouvoir endiguer les ravages d’un plan de communication parfait, relayé par les haines et les fantasmes, qui font que chaque apport de l’état juif à l’humanité est présenté comme un message de haine, qui font qu’on peut voir une famille assassinée, des bébés larder de coups de couteau sans qu’un seul média français d’envergure n’en ai parlé, 54 obus qui s’abattent sur Israël sans la moindre provocation ne semble pas non plus suffisant pour interpeller les bonnes consciences de la morale télévisuelle, en revanche nous ne comptons plus les minutes, les heures de reportage consacrées à la martyrologie palestinienne à l’occasion de l’opération de légitime défense « plomb durci », ou du nécessaire arraisonnement de la flottille de la haine financée par le gouvernement turc « allié » d’Israël.

 

Personne pour parler des programmes scolaires antisémite et négationniste dispensés dans les écoles arabes en Judée Samarie et à Gaza (comme d’ailleurs dans la quasi-totalité du monde musulman), personne pour s’indigner de ces enfants de 4 ans servant de bouclier humain dans les écoles maternelles, ou pire grimer en kamikaze à l’âge des joies et de l’insouciance enfantine.

 

Que penser alors des nouvelles orientées ou inventées dans le seul but de renforcer l’antagonisme et d’importer le conflit comme palliatif à l’échec de l’intégration « à la française », de ce groupe d’enfants qu’on envoie se faire tuer pourvu qu’un cameraman occidental ait eu le temps de prendre un cliché que ne manqueront pas de reprendre l’ensemble des rédactions et de bénéficier de « l’aubaine » de jeter à la face du monde les preuves de la barbarie juive capable d’écraser un pauvre gamin, et tout cela pour une somme modique versée aux parents, content d’apporter leur contribution à la lutte au prix de la santé de leur enfant.

 

Que penser des reportages à la vision unilatérale expliquant longuement les prétendues inhumaines conditions de vie des arabes tout en écartant soigneusement les taux de croissances économiques de la bande de Gaza ou de la Judée Samarie sous contrôle arabe digne d’un Tycoon asiatique du début des années 90.

 

Que dire des nombreuses images et plan de camps de réfugiés faites de tentes sordides, quand les mêmes reportage omettent de montrer les luxueuses villas, les centres commerciaux, les souks opulents, les plages bondées et rieuses, les hôtels de luxe flambants neufs… et en oubliant aussi de de s’interroger sur la disparition de milliards d’aide économique généreusement alloués aux dirigeants « palestiniens » sans qu’aucun de ces camps ne disparaissent, quand la totalité des sinistrés du tsunami de 2004 ont été reloger, quand on sait que les centaines de milliers de japonais qui ont perdus leur maison seront tous relogés dans moins d’un an…

 

Que penser de l’ambition des journalistes prétendant faire de l’analyse mais incapable de se plonger dans la profondeur du malaise « palestinien » refusant de s’interroger sur leur statuts de quasi esclaves dans certains pays frères, ou leur manipulation , à leur détriment, de certains gouvernement arabes ayant trouvé plus simple et plus pratique de les envoyer à la mort en attisant le conflit plutôt que d’avoir à répondre de leurs incuries et malversations à leur peuple.

 

Et cette permanente bienveillance de l’ensemble d’un système au regard d’hors la loi bafouant en permanence la légalité au nom d’une cause contestable qui se prétend au-dessus des lois tellement l’apathie de la justice, des politiques, quand ils ne soutiennent pas eux-mêmes des actions illégales, système qui feint l’indifférence ou l’ignorance, les actions de boycott envers Israël, expression de la haine à l’état brute, servi par des arguments simplistes et hors propos, ne paraissent stoppé par aucune volonté forte et continue de renforcer le climat de violence antisémite envers les juifs vivant en France.

 

Enfin la volonté persistante de certains médias de programmer des fictions ou le message antisémite, anti juif, anti israélien est assumé et revendiqué est indigne et montre l’enracinement du mal dans notre société.

 

Alors messieurs des médias et de la politique, puisqu’il vous semble hors de vos forces de pouvoir vous empêcher de vomir votre haine d’Israël, soit par démagogie, soit par opportunisme, soit par mercantilisme, soit par tradition, soit par idéologie, mais en tout cas à coup sûr par antipathie, je vous conseille pour une fois de relayer l’action de mes pires ennemis, Boycotter Israël, n’en parlez plus, ne vous ingérez plus, laissez les juifs continués d’apporter au monde leur dynamisme, leurs intelligences, leur inventivité, leur culture, leur art…

 

Personne ne vous en voudra car vos paroles de haine vous déshonorent.

 

Publié dans Media

Commenter cet article

Armand Maruani 25/03/2011 08:07


Bravo Serge. Je vois que tu as toujours du punch. C'est toujours un plaisir de te lire.Merci pour tout ce que tu fais pour défendre notre cause.


bahla 24/03/2011 13:40


tu nous demandes de boycotter israel...o.k c'est ce que nous faisons
pourquoi as tu deformé ton nom...je connais au moins une dizaine de saRfati...


le blog de serge.over-blog.com 24/03/2011 14:47



parfait il faut continuer !!! lol


non je n'ai pas déformer mon nom, je ne me cache pas derriere un pseudo.



Anne 24/03/2011 13:30


Je découvre votre blog et je crois que je vais le visiter souvent. Avez vous écrit une lettre ou un mail à ces crapules de canal+? Salutations .


le blog de serge.over-blog.com 24/03/2011 14:49



MErci a vous de votre gentil commentaire.


l'adresse de canal plus est disponible sur le site de l'association europe-israel, www.europe-israel.org, qui a relayé le courrier



Adjedj. Rose 24/03/2011 12:05


Quelle analyse!! Tellement juste